REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

La RDC est en actuellement dans une phase de transition vers le cadre législatif inscrit dans le Code forestier de 2002. Le cadre législatif prévoit plusieurs types de titres d'exploitation forestière : des titres de longue durée, destinés à une exploitation industrielle (titres en cours de conversion en concessions forestières) et des titres de courte durée, destinés à une exploitation artisanale.



Contribution du secteur forestier au PIB et à la création d'emplois directs

Contribution du secteur forestier au PIB Nombre d'emplois directs*
Valeur (%) Année Valeur Année
RDC 1 2003 15 000 2006

*Le nombre d'emplois indirects est difficilement appréciable, les données en la matière sont hétérogènes

Source: Banque Mondiale et Fédération des Industriels du Bois

Le principal texte qui régit la gestion des ressources forestières en RDC est la loi 011/2002 qui a succédé à une règlementation coloniale (décret) datant de 1949.

Plus d'informations sur le cadre légal et institutionnel de la gestion forestière au RDC


Superficies concédées (en ha)

Pays Superficie forestière en 2008* Concessions forestières Année (pour superficies concédées)
RDC 83 761 542

Source: Etat des Forêts 2008, consolidation des données de végétation produite par UCL, JRC et SDSU

Les superficies concédées en RDC sont en augmentation car, depuis 2003, un effort important de validation des titres forestiers concédés au secteur privé a été entrepris. L'historique de l'évolution des superficies concédées est retracé ci-dessous :

  • Avant 2002: 45,5 millions d'hectares attribués ;
  • 2002: abrogation nette de 25,5 millions d'hectares – passage des superficies concédées à 20 millions d'hectares ;
  • 2005: publication du décret fixant les modalités de conversion des anciens titres forestiers en contrats de concession forestière (cf. ci-dessous) – 22 millions d'hectares de territoires forestiers concédés sont ainsi soumis par le concessionnaire à la validation par l'Etat Congolais ;
  • 2010: à l'issue du processus de conversion, 72 titres forestiers, représentant xxx millions d'hectares sont déclarés convertibles et validés.
Pour établir un contrat de concession forestière, les titulaires des titres jugés convertibles doivent élaborer un plan de gestion sur 4 ans (période prévue pour l'élaboration du Plan d'Aménagement) et un cahier des charges définissant les modalités d'exploitation, y compris les mesures environnementales, qui seront prises. Ils doivent, en outre, signer avec les communautés locales un accord définissant les mesures socio-économiques pour les titres concernés.

Malgré ses 84 millions d'hectares de forêt dense sur terre ferme, la RDC reste le géant endormi de la sous- région, avec une production du secteur formel qui peine à retrouver son niveau d'avant le conflit armé de 1999 à 2003, niveau déjà faible, de l'ordre de 400 000 m3/an.. Un développement plus important de l'activité se heurte à plusieurs obstacles liés à la pauvreté des forêts et aux contraintes logistiques, notamment l'engorgement du seul port d'exportation, Matadi.


Evolution des productions de grumes (en m3/an en moyenne sur chaque période)

Périodes 91-95 96-2000 2001-2005 2005-2009
RDC 330 000 180 000 100 000 270 000

Source: DGF, OFAC

La RDC souffre toujours des conséquences des conflits armés qui ont durement affecté son outil industriel. La production formelle y reste très peu développée, les usines sont dans leur très grande majorité implantée sur Kinshasa. Le pays devra appuyer son développement industriel sur ses atouts, un marché intérieur important et des opérateurs artisanaux dynamiques, pour développer une véritable filière bois, qui intègre le secteur artisanal et le secteur industriel. L'autre défi pour le pays est d'augmenter le niveau de prélèvement, bien trop faible à l'heure actuelle, en valorisant d'autres essences, notamment en déroulage.


Taux de transformation évalués

2005-2008* 1993-1999
RDC 39% 69%

*Evaluation faite à partir des données disponibles sur la période, selon les cas sur la base de la proportion de bois entrés en en usine sur l'ensemble export + entré en usine ou bois non exportés sur production de grumes.

Sources : 1993-1999 : OIBT ; 2005-2008 : OFAC

Le taux légal de transformation est de 70% au moins (quotas fixés par opérateur) pendant 10 ans pour les détenteurs d'unités de transformation et les exploitants nationaux.

Autres liens:
Les forêts du RDC en 2008
Accès aux indicateurs de suivi de la gestion forestière au RDC

L’État des aires protégées 2015 est une publication de l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale (OFAC).

La mission d’Observation des Aires Protégées d’Afrique Centrale qui incombe à l’Observatoire des Forets d’Afrique Centrale sous mandat de la COMIFAC et en collaboration notamment avec le RAPAC, le CIRAD et l’UICN a produit en 2015 une première édition du Rapport sur l’Etat des Aires Protégées d’Afrique Centrale (EDAP 2015).

Lire la suite