Conservation de la Biodiversité dans des Régions de Conflits armés, Protection des sites du Patrimoine Mondial dans la RDC - Phase 3
Type d'initiative PROJET
dénomination / acronyme CBRCAPPM3
Date de début 2010-12-01
Date de fin 2015-06-30
Objectif général 1. Restaurer l’intégrité de trois Sites du Patrimoine Mondial en RDC et de préserver leur Valeur universelle exceptionnelle ; 2. Créer les conditions pour le retrait des trois sites (RFO, PNVi, PNKB) de la Liste du patrimoine mondial en péril.
Objectifs particuliers -
site web -
Flyer ou document de présentation -
Observations Ce projet a déjà connu deux phases précédentes. La Phase I entre 2000 et 2005 qui a donné lieu à l’implication internationale pour la sauvegarde du patrimoine mondial en RDC aboutissant à un soutien direct aux sites les plus affectés par le conflit, même ceux n’étant pas contrôlés par le gouvernement. La phase II, de 2005 à 2009, a assuré le développement d’un partenariat inclusif pour la protection des sites à travers le renforcement des capacités du personnel de terrain, l’élaboration et la mise en oeuvre des plans d’urgence pour le Parc National de Virunga (PNVi), le Parc National de Kahuzi-Biega (PNKB) et la Réserve de Faune à Okapis (RFO). Le projet en cours est la suite des deux phases antérieures.
Source(s) de financement
Source DGD (Direction générale Coopération au développement et Aide humanitaire)
Budget total 2 000 000
Devise du Budget total EUR
Localisation (zone d'activités)
National République Démocratique du Congo
Niveau -
Domaines d'intervention
Domaine principal: Biodiversité / Conservation
Domaine secondaire -
Activités générales -
Leader du projet
UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'Education, la science et la culture)
Organisation internationale
France
Partenaire Institutionnel
ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature)
Public
République Démocratique du Congo
Partenaire Opérationnel
ACF (Africa Conservation Fund)
Organisation internationale
République Démocratique du Congo
ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature)
Public
République Démocratique du Congo
GIC (Gilman International Conservation)
A.S.B.L./O.N.G.
États-Unis
Leçons apprises
Description: La première phase a connu un succès remarquable du point de vue préservation des structures minimales de conservation dans des temps difficiles en termes de conflits. Cette phase a également connu un rassemblement international sans précédent en faveur du patrimoine naturel congolais. Aujourd’hui, beaucoup de programmes et projets en cours le sont à la suite de ces efforts de plaidoyer.
Description: Pendant la deuxième phase, l’état des sites s’est amélioré par rapport aux périodes de conflits intenses. L’ICCN a augmenté le contrôle des sites visés et les partenaires en faveur des sites (autorités traditionnelles, civiles et militaires, MONUSCO...) se sont renforcés.
Description: Le succès des actions entreprises a été souvent inversement proportionnel au niveau des difficultés à surmonter. Dans une situation très difficile (conflit, perte de contrôle, etc.), les succès ont été remarquables comparés aux ressources investies. La consolidation des gains et la recherche d’objectifs plus liés à une situation stable se sont avérées des tâches plus complexes que prévues.
Description: Les indicateurs ont été trop ambitieux en termes de consolidation de l’intégrité des sites. Les données disponibles ont été insuffisantes pour mesurer l’atteinte globale des résultats. Les actions se sont, par moment, éparpillées sur plusieurs fronts, ce qui a réduit leur efficacité.
Description: Le projet a été perturbé par l’instabilité sécuritaire, spécialement dans la période 2011-2012, dans les parcs de l’Est de la RDC. Compte tenu de la situation très difficile à laquelle les parcs de la RDC font face aujourd’hui, il existe un grand nombre de défis urgents surmonter. Malgré tout, notre expérience nous a démontré le besoin de rester réaliste et la nécessité de prioriser au maximum les menaces.

L’État des aires protégées 2015 est une publication de l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale (OFAC).

La mission d’Observation des Aires Protégées d’Afrique Centrale qui incombe à l’Observatoire des Forets d’Afrique Centrale sous mandat de la COMIFAC et en collaboration notamment avec le RAPAC, le CIRAD et l’UICN a produit en 2015 une première édition du Rapport sur l’Etat des Aires Protégées d’Afrique Centrale (EDAP 2015).

Lire la suite